lundi 26 août 2019

Des nouvelles de "Rédemption" !



J'ai enfin eu le temps d'éditer un bon de commande pour ce recueil de nouvelles et, surtout, d'envoyer le bon de commande à mes contacts. Ben oui, parce qu'un bon de commande c'est bien, mais si c'est pour qu'il reste bien sagement enregistré dans les mémoires de mon ordinateur, ça n'a pas grand intérêt...

Donc, je l'ai envoyé. Et quelques jours à peine après, une de mes amies me l'a demandé, l'a lu et m'en a fait l'éloge ! Je suis donc bien heureuse, elle a beaucoup aimé ces petites histoires que j'ai pris, il est vrai, beaucoup de plaisir à écrire.

Je ne saurais donc que trop vous conseiller de me le demander (j'ai le stock à la maison, si, si !). Vous allez me dire que je fais de la pub... ben oui ! Il se trouve que je suis la seule à pouvoir en faire. Que vous ne trouverez pas ce livre en librairie, ni sur Amazon ou la Fnac, tout simplement parce que je n'ai que quelques exemplaires. Et accessoirement, si je ne fais pas de publicité, qui en fera ?
😀😊

Donc c'est à moi que revient cet honneur, mais je ne vous embêterai pas davantage : j'ai un certain nombre d'autres textes qui n'attendent que mon temps, mon courage et mon abnégation pour voir le jour !

Pour me contacter, rien de plus simple :
amelie.platz[at]gmail.com

samedi 1 juin 2019

Rédemption, nouvelles noires

Il arrive parfois (souvent, même !) que les événements prennent une autre tournure que celle qu'on avait envisagée au départ. C'est le cas de Traces, le recueil de nouvelles que je vous annonçais dans le billet précédent, qui ne sortira pas tout de suite. Pour l'instant, il s'agit d'un autre recueil de nouvelles, intitulé "Rédemption", qui est actuellement en cours de fabrication et dont je suis très heureuse de vous montrer la couverture !

Il sera en vente au mois de juin, au prix de 15€ auquel il faudra ajouter, si nécessaire, une petite participation aux frais d'envoi.

Pour toute commande, vous pouvez me contacter par mail : amelie.platz[at]gmail.com


jeudi 2 mai 2019

Traces...

Il y a quelques années, j'avais participé à un certain nombre d'ateliers d'écriture en ligne, qui avaient bien alimenté mon envie d'écrire. Et puis, il y a eu la sortie de "La Messagère du Temps", puis de "Rêves et Hallucinations". Ensuite, un bébé de plus, un déménagement, des travaux, un congé parental, une période compliquée au niveau du travail avaient mis un terme à mes expérimentations en matière d'écriture.

Mais voilà. Quand on a besoin d'écrire, quels que soient les empêchements, on finit par y revenir.
En 2018, après sept ans de gestation (oui, sept !), "Du fond des Abîmes", la suite de "La Messagère du Temps" est enfin sortie. Entre janvier, moment où j'ai pu mettre un point final au roman, et août, la sortie sous format papier du livre, il aura encore fallu pas mal de temps pour y arriver... Et encore plus pour l'annoncer ici, puisque je ne l'ai fait qu'il y a un peu plus d'un mois !

Et si je reviens aujourd'hui, c'est à cause d'un autre livre auquel je suis en train de mettre la dernière main, un second recueil de nouvelles, qui s'intitulera simplement "Traces", du titre de l'un des textes qui va s'y trouver. Ce texte, j'en avais publié les premières pages sur ce blog il y a plusieurs années, mais je ne l'avais jamais terminé, alors que la suite était déjà en partie dans ma tête.

Les années passant, les événements de la vie aidant, ce texte s'est beaucoup étoffé. Il devient difficile de le publier sur ce blog, aussi je vous le propose, avec un certain nombre d'inédits, dans le recueil qui va bientôt être publié.
Plus d'informations très vite !

jeudi 28 mars 2019

Sortie de mon deuxième roman !

Plus de cinq ans depuis mon dernier billet sur ce blog... C'est long. Mais cela ne veut pas dire que je n'ai rien fait depuis tout ce temps, loin de là ! D'ailleurs, en voici la preuve :
Mon deuxième roman est paru à la fin de l'année 2018 ! Si, si !

J'ai donc le plaisir et la grande joie de vous présenter mon dernier "bébé" : 



"Du fond des Abîmes", la suite de "La Messagère du Temps" !

Voici, en gros, de quoi parle ce roman :

"Bon sang, Azuria ! Mais qu'est-ce qui se passe dans ta tête ? Le pouvoir qui vient de t'être donné ne te va pas du tout !Allez zou. Vas-y, ma fille. Fonce. Il n'y a plus qu'à "le" convaincre de venir avec moi. C'est la seule façon d'y arriver : "il" ne peut pas être détecté dans la "bulle". "Il" l'a déjà prouvé. Et je connais suffisamment les cités pour y mener l'action. Oui, il faut absolument qu'"il" vienne m'aider !"
2016. Jacques a retrouvé Louise et coule des jours heureux avec sa femme et sa fille. Mais en ce matin du 17 août, l'arrivée imprévue d'une jeune fille que Jacques connaît bien va bouleverser ses plans et le renvoyer dans le temps pour y sauver Océane, injustement condamnée à mort.
ISBN : 978-29565170-0-9. 18€


J'ai beaucoup travaillé sur ce roman et j'en suis plutôt contente. Les premiers exemplaires sont partis rapidement et j'ai du procéder à une réimpression ! Si vous souhaitez connaître la suite des aventures de Jacques, Océane et Azuria (et rencontrer plein d'autres personnages !), n'hésitez pas à me le faire savoir ! Pour vous le procurer, vous pouvez télécharger le bon de commande ici.

J'espère que ce nouveau roman trouvera ses lecteurs ! En tout cas, je me suis beaucoup amusée à l'écrire !

dimanche 22 septembre 2013

Glaz ! #1 en ligne !



Gwénaëlle, blogueuse, lectrice et animatrice d'un atelier d'écriture en ligne (et écrivaine aussi, et en plus, Bretonne-Finistérienne de Douarnenez) (#Mode Caliméro ON# : "mais elle a tout pour elle !!! C'est vraiment trop injuste !" #Mode Caliméro OFF#) a eu la super bonne idée de se lancer dans la réalisation et l'édition d'un magazine numérique. Un appel à texte a été lancé sur le blog dédié, et ce matin, j'ai eu la bonne surprise de découvrir dans ma boîte mail le billet annonçant la sortie du numéro 1 de Glaz!. Alors je ne l'ai pas encore lu, mais je peux vous dire que c'est beau !!!
Donc, on y va, on y va !!!
J'avais été tentée de participer à l'appel à textes (parce que le thème de l'insomnie me parlait bien), et puis j'en ai été empêchée par certains événements... Qu'à cela ne tienne : s'il y a un numéro 1, on peut espérer voir un jour un numéro 2 ! youpi !!!

dimanche 15 septembre 2013

Où l'on reparle de Rêves et Hallucinations !

Il y a environ un an (déjà !!!), paraissait mon petit recueil de nouvelles, Rêves et Hallucinations. Ma maman, en visite chez une amie, lui a offert le livre. Et voici ce qu'elle en a pensé :

Tu transmettras à ta fille toute ma sympathique admiration. Les nouvelles sont un genre littéraire particulièrement difficile dont elle se tire avec talent !
Certains de ses personnages m'ont longtemps poursuivie, et sa plume alerte m'a fait avaler les 11 récits en une seule nuit !!!Bravo !

Aliette
J'ai toujours du mal avec l'aspect commercial. J'aime bien écrire, mais je ne suis pas douée pour faire de la pub. Alors quand on reçoit ce genre de mail, quand une lectrice est conquise de la sorte, comment se taire ?
Pour toute commande, vous pouvez me contacter par mail : amelie.platz[at]gmail.com


samedi 16 mars 2013

Adoption et "droits" de l'homme

Je viens de tomber sur Facebook sur un article qui fait froid dans le dos. Seulement, là, on n'est plus dans les projections, dans le "peut-être", mais bien dans la réalité.

Voici les faits, tels que je les ai compris :
Un couple autrichien a un enfant. La mère et le père se séparent, la mère refait sa vie avec une femme. Elle obtient la garde de l'enfant du couple. Sa compagne souhaite adopter l'enfant, alors que celui-ci a toujours son père, qui s'en occupe régulièrement, le voit régulièrement, paie la pension alimentaire tout aussi régulièrement. Si la compagne veut adopter l'enfant, c'est pour avoir des droits parentaux sur lui (je suppose qu'on entend par là le fait d'aller le chercher à l'école sans problème, ou de pouvoir l'emmener chez le médecin sans recourir à l'autorisation de l'autre parent en cas d'urgence, des gestes de la vie quotidienne, quoi).
Fort bien.
Mais la justice autrichienne ne l'entend pas de cette oreille : l'enfant a ses deux parents biologiques, aucun des deux n'a renoncé à ses droits parentaux ni n'y a été obligé (pour cause de négligence, maltraitance, prison, que sais-je encore). Donc l'enfant n'est pas adoptable, d'une part, mais surtout, d'autre part, la loi autrichienne interdit à l'enfant d'avoir deux pères ou deux mères. Il ne peut avoir qu'un père et une mère (filiation biologique).
Donc, pour ces deux raisons, les deux femmes sont déboutées, et font appel à la Cour européenne des Droits de l'Homme, au motif qu'il y a discrimination.

Eh bien, figurez-vous qu'aussi abracadabrantesque que cela paraisse, la Cour européenne des Droits de l'Homme leur donne raison !
Et pourquoi ? Parce que, selon les juges, si l'une des femmes avait été un homme, le droit autrichien n'aurait pas pu empêcher l'adoption ! Donc puisque la raison c'est que le droit autrichien n'autorise l'adoption qu'à des couples hétérosexuels, il y a discrimination envers ces femmes, en raison de leur orientation sexuelle. Je vous laisse lire l'article, il est édifiant (et oui, il émane d'une publication catholique, mais ce n'est pas la question : il suffit de lire l'exposé des faits pour se rendre compte que la situation est d'une absurdité sans nom, et il n'y a même pas besoin d'aller au bout de l'article pour voir dans quel merdier on est en train de se fourrer pour des raisons purement idéologiques).

Je me pose quantité de questions maintenant. L'enfant, ses droits fondamentaux, on en fait quoi ? 
Le père, il devient quoi dans l'histoire ? La filiation adoptive remplace la filiation biologique puisque l'enfant ne peut avoir plus de deux parents... donc le père doit "sortir" de la vie de son enfant parce que son ex-femme et la compagne de celle-ci ont décidé qu'il en était ainsi...
Le bien de l'enfant, c'est quoi ? Que la compagne de sa mère puisse aller le chercher à l'école, ou que son père reste son père ?

Et puis, en dehors de la question de l'enfant (dont, visiblement, la Cour Européenne des Droits de l'Homme se fiche éperdument) et de son père, il y a une question majeure quand même : qu'est-ce que cela veut dire pour les autres pays européens ? Si c'est comme la jurisprudence en France, alors il y a fort à parier que dorénavant, cette décision va s'imposer à tous les pays de l'Union. Toute paire d'homosexuels pourra adopter un enfant au seul motif que, sinon, il y a discrimination, et ce alors même que les enfants ne sont pas adoptables (puisqu'ils ont déjà leurs deux parents). Cela entérine le droit à l'enfant, qui devient supérieur aux droits de l'enfant. Cela peut vouloir dire aussi que tous les textes de loi disant qu'un enfant a un père et une mère ou qu'une famille, c'est un papa et une maman avec des enfants, deviennent discriminants, mais aussi "hors la loi", et qu'il faut donc la changer. Ou encore qu'un enfant pourrait devenir adoptable du seul fait que ses parents sont séparés et que l'un d'eux s'est remis en couple avec une personne de même sexe (au fait, n'y a-t-il pas là une nouvelle inégalité dans la mesure où des enfants de couples séparés mais dont les deux parents sont hétérosexuels ne seraient pas, eux, adoptables ? On n'entre pas dans le règne de l'absurde, là ????) Plus de débat, plus de questionnements : de fait, les textes de loi régissant la famille sont tous obsolètes et les États vont être obligés d'inscrire dans les lois la primauté de la filiation "sociale" sur la filiation biologique... 
Cela veut dire également que toute personne qui affirme qu'un enfant, c'est fait par un homme et une femme, est coupable de discrimination.
Vous savez comment ça s'appelle, ça ? De l'hétérosexisme. Ça existe déjà, c'est condamné au Canada, et ça restreint furieusement l'expression personnelle, puisque toute personne convaincue d'hétérosexisme se retrouve dans l'interdiction de s'exprimer en public (sur ce sujet je suppose, mais il n'y a pas de raison de voir le délit de "discrimination" s'arrêter à la seule discrimination sexuelle).

Je pose une question à tous ceux qui lisent ce blog et qui disent (ou pensent) que le mariage pour tous et l'adoption par les couples homosexuels ne changeront rien pour les couples hétérosexuels et que c'est une bonne chose pour tout le monde, pour les couples, pour les homosexuels et pour les enfants : en êtes-vous bien sûrs ? 
Pour ma part, je vois là un vrai changement de société. Un véritable danger pour tous. Fin de la liberté de conscience. Fin de la liberté d'expression. Dictature des lobbys LGBT au nom d'une pseudo-égalité qui n'en a que le nom. Soumission du droit aux volontés personnelles.
De plus en plus, en ce moment, je pense au Meilleur des Mondes et à "Big Brother is watching you". En pire. Sur le mode cauchemar, même. Parce que ça, c'était de la littérature. Là, malheureusement, la réalité dépasse largement la fiction. 
Donc, je me dis qu'il reste quelques solutions : la première, c'est d'apprendre à mes enfants à entrer en résistance, et de le faire moi-même bien sûr. Ne plus avoir peur de dire haut et fort ce que l'on pense, même si ça doit être au prix de ma liberté (parce que bien sûr, si je me mets à dire ce que je pense et que ce que je pense entre dans la catégorie "délits", je vais finir en taule, c'est clair et net). Je parlerais bien de martyr, aussi, mais j'espère qu'on n'en arrivera pas là.
Deuxième solution : m'exiler, avec mes enfants, mais sur une autre planète. Parce qu'au rythme où ce "mal" s'étend, il ne restera bientôt plus un seul endroit sur terre où on sera libre de croire qu'un enfant naît d'un homme et d'une femme et que c'est une bonne chose pour lui.
Troisième solution, plus prosaïque, plus immédiate et plus réaliste aussi : devenir bien plus radicale dans mes choix politiques. La gauche nous mène dans le mur, c'est clair et net. Malheureusement, la droite ne fait pas mieux, c'est juste un peu plus long, mais on y va aussi avec eux. Et puis, il me semble que la question serait résolue si la France ne faisait plus partie des 27. Sortir de l'Union Européenne ? Qui propose ça, déjà ??? Ah oui ! Le Front National !
Comment ça ? Je vais vraiment devoir devenir Frontiste, moi ?

Vous voyez comment le délire de quelques-uns peut retourner totalement les plus modérés ? Il y a un an, j'ai voté centriste au premier tour...

mardi 12 mars 2013

Réforme du congé parental : arrêtez le massacre !!!

Je vous l'avais dit, ce blog tourne au défouloir (pour moi) et à la tribune politique. Ben tant pis. J'assume.

Alors, quel est donc le sujet de mon ire, en cette heure tardive du 11 mars (ou plutôt matinale du 12 mars) ???
J'ai écouté d'une oreille très distraite, vendredi dernier, journée de la femme, la dernière sortie de notre président de la république à propos des droits des femmes.
Figurez-vous que Najat Vallaud-Belkacem et lui nous ont concocté une réforme du congé parental d'éducation pas piquée des vers.
En gros, ils pensent que comme le congé parental est pris à 96% par des femmes, c'est la marque d'une inégalité criante entre les femmes et les hommes, parce que du coup, ça éloigne les femmes de l'emploi pendant au bas mot 3 ans, et qu'en plus, ce sont elles qui se retrouvent à faire tout à la maison (entendre par là s'occuper des enfants, faire les courses, le ménage, la vaisselle, la lessive, le repassage, sortir les poubelles, etc.).
Soit. En fait, c'est tout à fait vrai.
Mais le problème, c'est la réponse qu'entend donner notre gouvernement à cet état de fait pour rétablir l'égalité entre les hommes et les femmes.

Pour être plus claire, je vais d'abord exposer ce qui existe actuellement, parce que ça fait toujours du bien de faire un point de l'existant, et ensuite, on parlera de cette magnifique réforme.
Aujourd'hui, quand un couple a un deuxième enfant (pour le premier, le congé parental se limite à six mois maximum pour la mère ou le père), il a le choix entre plusieurs options :
- soit la femme arrête de travailler pour s'occuper de son bébé, à temps plein ou à temps partiel, pendant un an renouvelable deux fois, dans la limite des trois ans de l'enfant. Ça s'appelle dans ce cas-là le CLCA : Congé de Libre Choix d'Activité, rémunéré 566€ par mois au maximum pour un congé à temps plein.
- soit la femme arrête de travailler pour s'occuper de son bébé pendant au maximum un an, et le congé est mieux rémunéré que le précédent : il s'agit du COLCA, Congé Optionnel de Libre Choix d'Activité (700 € par mois pendant un an au lieu de 566 € par mois pendant trois ans).
- soit le père prend le congé parental aux mêmes conditions que si c'est la mère qui le fait (CLCA ou COLCA).
Le choix est définitif, on ne peut pas passer du CLCA au COLCA, ni du COLCA au CLCA.
- soit les parents continuent de travailler tous les deux, et dans ce cas-là (ou dans le cas d'un congé parental à temps partiel), ils peuvent bénéficier du CLCMG, Complément de Libre Choix du Mode de Garde, permettant de financer une partie des frais de garde pour le bébé (crèche, nourrice ou garde à domicile).

Dans tous les cas, ils sont souverains pour le choix. En réalité, dans beaucoup de cas, les choses se décident souvent au mieux des finances de la famille. Il n'y a pas de mystère : s'arrêter de travailler quand on a des enfants n'est pas forcément possible. Donc un certain nombre de femmes choisissent de continuer leur activité professionnelle parce qu'elles gagnent plus d'argent en travaillant qu'en restant à la maison (logique, me direz-vous).
Le problème se pose souvent lorsque viennent se greffer là-dessus les questions de garde d'enfant. Toutes les familles n'ont pas à leur disposition une grand-mère qui peut s'occuper des enfants en bas-âge, ou les moyens de s'offrir une jeune fille au pair ou une garde d'enfants à domicile. Et il manque énormément de places en crèche ou chez les nourrices pour permettre aux femmes de travailler. Donc beaucoup arrêtent simplement de travailler jusqu'à l'entrée de l'enfant à l'école, tout simplement parce qu'elles ne peuvent pas faire autrement.
Une autre question se pose : pourquoi, à votre avis, ce sont les femmes qui prennent majoritairement ce congé parental ? La plupart du temps pour plusieurs raisons, allant de l'absence de fibre maternelle chez le père (oui, c'est étonnant, hein ?), au fait que c'est souvent le père qui a le plus gros salaire, et donc que si c'est lui qui prend le congé parental, alors la perte nette de revenu est plus grande que si c'est la mère, en passant par le fait que les pères sont peu informés du fait qu'ils peuvent, eux aussi, bénéficier d'un congé parental, ou que de nombreuses femmes ont simplement envie de s'occuper de leurs enfants tout petits ou tout aussi simplement que les bébés ont besoin de leur mère plus que de leur père dans les premières années de leur vie (c'est pas moi qui le dis, ce sont des données statistiques : un bébé a plus besoin de sa mère quand il est tout petit, et plus besoin de son père un peu plus tard, pour diverses raisons là encore).

Mais bon, quelles que soient les raisons, le congé parental a quand même un certain nombre d'avantages pour les mères. Il permet de limiter drastiquement les frais annexes, liés par exemple à la cantine (pour le(s) plus grand(s) des enfants par exemple, puisque la mère est à la maison), ou encore diminue les frais de transport pour aller travailler (la nourrice n'habite pas forcément la maison d'à côté, certaines mamans sont obligées de faire plusieurs dizaines de kilomètres parfois pour déposer leur bébé chez la nounou si elles n'ont pas trouvé plus près, notamment dans certains villages. Parce que non, M. Hollande, tout le monde n'habite pas en ville, et encore moins à Paris). Au final, ce que l'on perd d'un côté, on le « gagne » de l'autre en dépenses que l'on n'a pas, ou plus, ou moins.

Voilà, en gros, pour l'existant.

Alors que propose le gouvernement pour cette nouvelle réforme ?
Tout simplement de réduire pour toutes les familles le congé parental à deux ans et demi, en le rémunérant mieux (40% à 60% du salaire, dans la limite de 1500 à 1800€ par mois), et surtout d'obliger le père à prendre six mois de congé parental.
Fort bien.
Alors examinons plusieurs cas d'espèces.

Une famille avec deux enfants, par exemple, dont un nourrisson. Après le congé maternité, la mère, qui travaille à mi-temps et est payée au SMIC, prend un congé parental. Actuellement, elle gagne 566€ pendant trois ans, sans frais de garde supplémentaires.
Après la réforme, elle ne gagne pas beaucoup plus que 500€, pendant deux ans et demi, puis doit reprendre le travail. Son mari, lui, travaille à temps plein, il est un peu mieux payé. S'il s'arrête de travailler pour s'occuper du bébé, il ne gagnera pas plus de 40 à 60% de son salaire, ce qui fait une perte nette importante, et sa femme travaillera toujours à mi-temps au SMIC. Financièrement, ce n'est pas du tout intéressant pour cette famille. Le père ne pourra donc pas prendre ce congé parental, sinon sa famille risque tout simplement de ne plus s'en sortir, alors qu'elle s'en sort à peu près dans le système actuel. Au final, c'est quand même la mère qui sera obligée d'arrêter de travailler, sans compensation financière cette fois, contrairement au congé parental de 3 ans qui lui assure quand même 566€ par mois.

Deuxième cas de figure : La maman est salariée dans le privée, le père travailleur indépendant, agriculteur ou éleveur par exemple (ou viticulteur, on s'approche encore plus de notre cas).
Actuellement, le mari gagne peu, crise oblige, la maman travaille à mi-temps parce qu'ils ont déjà trois enfants et que le père est obligé de partir en déplacements professionnels pour vendre sa production. Il ne peut compter que sur lui-même et n'a déjà pas pu prendre les 11 jours de paternité auxquels il a pourtant droit depuis 2004 et la dernière réforme du congé parental. À la naissance du quatrième enfant, ils ont prévu que la maman resterait à la maison s'occuper des enfants, notamment du dernier qui, bien sûr, ne va pas encore à l'école, et pour cause. La perte nette de salaire de la maman, qui gagne bien sa vie pour un mi-temps, est de 450€ environ, compensée en partie par les allocations familiales qui s'ajoutent pour le 4e (PAJE, Prestation d'Accueil du Jeune Enfant, accordée sous conditions de ressources). Cela va être juste tous les mois, mais la famille s'en sortira quand même parce que justement, les frais « fixes » (cantine, garderie, transports en train pour aller travailler et frais d'essence) vont diminuer de manière importante.
Si la réforme est appliquée, la maman voit son congé parental réduit à deux ans et demi, rémunérés maximum 600€, puisque son salaire est de 1000€ par mois, soit 44€ de plus que dans l'autre cas.
Au bout de ce temps, elle retourne travailler, avec 1000€ par mois toujours, mais 100€ de train, sans compter la garderie et la cantine qu'il faudra rajouter (pour la cantine uniquement, il faut compter chez nous 187 € pour 10 repas pour chacun des trois enfants. Sachant qu'il y a 4 repas par semaine, je vous laisse faire le compte pour le mois). Je doute que le calcul soit favorable à la famille, s'il faut payer en plus une nourrice pour le dernier qui ne peut pas encore aller à l'école.
Ah mais non ! Puisque le papa va, lui, s'arrêter de travailler pour s'occuper des enfants pendant six mois !
Oui, mais non. Parce que le papa, s'il s'arrête de travailler, il peut tout simplement fermer boutique. Il est viticulteur, et ses vignes et son vin ont besoin de lui. Ou bien il est éleveur. Qui va traire les vaches ? Ou encore, il est infirmier libéral. Sa clientèle va partir ailleurs et ne reviendra peut-être pas, il va lui falloir tout recommencer. Ou encore il est chef d'entreprise et ses fournisseurs et clients n'attendront pas six mois, ni même trois et iront voir ailleurs si l'herbe est plus verte. Dans tous les cas, s'arrêter, même trois mois, met en danger l'entreprise, l'exploitation, l'élevage, le cabinet libéral.
Donc, concrètement, comme le père ne peut pas se permettre de prendre ce congé parental de six mois, cela réduit le temps de présence des parents auprès du plus jeune enfant (et les mauvaises langues diront que ça réduit aussi de six mois le temps d'indemnisation : autant de gagné pour les caisses de l’État, non ? Mais ça, bien sûr, ce sont les mauvaises langues seulement qui le disent).  Et ce n'est pas du tout une question de machisme ou d'inégalité entre hommes et femmes, mais de réalité économique et financière.

Ça, c'est pour l'aspect purement pratique et financier.
Alors on pourrait jouer sur d'autres leviers : permettre aux femmes d'avoir le même salaire que les hommes pour le même travail. Ça permettrait d'éviter cet effet du « je gagne moins, donc on perd moins si je reste à la maison ». Le gouvernement y travaille, bien sûr, et c'est tant mieux. Mais est-ce que c'est réaliste ? En tout cas, ça ne concernera que les personnes salariées, jamais ceux et celles qui sont indépendants, par exemple. On pourrait aussi repenser complètement les modes de garde pour les enfants, histoire de lever un des plus gros frein à la reprise précoce du travail des femmes. Pour cela, il faudrait quand même investir sérieusement dans la formation des professionnels de la petite enfance, et dans la création des structures d'accueil nécessaires pour accueillir tous les enfants. Le gouvernement en a-t-il les moyens ?

Mais même en dehors de tout ça, il y a quelque chose qui me choque profondément dans cette réforme annoncée du congé parental : l'ingérence du gouvernement dans les choix de vie des couples.
Pour la naissance de Noémi, en 2002, il n'y avait pas de congé parental (c'était avant la réforme qui a instauré les six mois de congé parental pour le premier enfant). Pour des questions de garde, j'ai quand même réduit mon activité à 80%, pour pouvoir être à la maison une journée complète avec mon bébé. Parce que c'est bien beau, le travail quand on a des enfants. Mais concrètement, laisser un bébé de 3 mois à une nourrice de 7h30 le matin à 18h30 le soir, minimum, c'est quand même difficile, autant pour la maman que pour le bébé. Mais à l'époque, bien sûr, nous avons pensé que c'était la meilleure solution pour tout le monde, bébé et parents. Aujourd'hui, nous savons que Noémi a des soucis importants, dont une partie peut largement être imputée à mon absence dans ses premières années.

Quand Nathanaël est né, en 2004, j'avais décidé de rester à 80%, et Jean-Luc, mon mari, travaillait à mi-temps comme ouvrier chez un viticulteur et à mi-temps sur l'exploitation familiale. La première nourrice ayant démissionné un mois avant ma reprise du travail, il a fallu trouver une nourrice d'urgence, ce qui n'a pas été simple compte-tenu de la pénurie d'assistantes maternelles chez nous. On a fini par trouver, mais un mois après, notre bébé a eu de graves problèmes de santé, et elle a aussi démissionné, ne se sentant pas à la hauteur pour assumer la garde d'un enfant aussi malade (ce que je peux tout à fait comprendre). Bilan des courses : au bout d'un mois, j'ai demandé à mon employeur de transformer mon congé parental à 20% en congé parental à 50% et Jean-Luc a pris un mi-temps (sur son mi-temps salarié) pour s'occuper de Nathanaël les jours où j'allais travailler. Je vous passe les détails de nos déboires administratifs avec la CAF, là aussi, c'était « coton »...

En 2006, à l'arrivée de Rébecca, je n'ai pas changé mon temps de travail, j'ai continué à 50%, toujours en congé parental, et Jean-Luc aussi, pendant quelques mois, avant de reprendre à temps plein, non pas parce que son contrat chez le viticulteur était arrivé à terme ou parce qu'il avait été viré, mais parce qu'il n'avait pas le choix, à cause du développement de l'entreprise familiale qui lui réclamait plus que 3 jours de travail dans la semaine. C'est aussi à ce moment-là que ses déplacements se sont multipliés, m'obligeant à jongler avec mes jours de travail et ceux de mes collègues pour assurer le service les jours où mon mari était à la maison et pouvoir être là quand il était parti.
Et globalement, ça s'est toujours bien passé, au niveau de l'organisation du moins.

Quand Rébecca a eu 3 ans, j'ai voulu reprendre le travail à 70%, soit trois jours par semaine, ce qui s'est révélé être impossible au niveau de l'organisation familiale, à cause des déplacements de Jean-Luc. Je suis donc revenue à 50% après quelques mois d'essais infructueux. Sans m'en porter plus mal d'ailleurs.
Mais ce qui a été formidable dans toutes ces évolutions de nos temps de travail respectifs, c'est que nous avons toujours eu le choix, et toujours pu nous adapter aux besoins particuliers de nos enfants. Jamais je ne me suis sentie obligée de faire quoi que ce soit. Jusqu'à présent, j'ai toujours préféré continuer de travailler, même à temps partiel. Et Jean-Luc a toujours assuré l'éducation et la garde des enfants en fonction de ses possibilités. Nous avons donc toujours pratiqué le "partage des tâches".

Là, si la réforme passe, ça va être plus compliqué.

BB4 naîtra en juin. La reprise ne sera pas simple. En un an, le service documentaire aura connu un changement de logiciel documentaire, un renouvellement du matériel informatique et un nouveau thésaurus. Soit, pour moi, l'obligation d'une formation professionnelle complémentaire de plusieurs semaines (voire plusieurs mois à cause de la complexité des logiciels documentaires). Cette formation, je devrai la suivre quoi qu'il arrive, que je m'arrête un, deux ou trois ans, puisqu'il s'agit d'une mise à niveau indispensable pour maîtriser le nouveau matériel. Donc la reprise du travail ne sera pas plus simple dans mon cas, que je reprenne le travail au bout de deux ans et demi ou de trois ans.
Mais surtout, je n'aurai plus le choix. Et ça, ça m'horripile.
Ce que veut faire le gouvernement est louable dans les intentions affichées, mais va aboutir à moins de liberté pour les couples et les familles, et va mécaniquement augmenter un certain nombre de problèmes déjà ennuyeux :

- Si les femmes reprennent toutes leur travail au bout de deux ans et demi, et même si une bonne partie des hommes prennent les 6 mois suivants de congé parental, il va falloir trouver des milliers de places en crèches ou chez des nourrices pour s'occuper des enfants trop jeunes pour aller à l'école. Or il manque déjà beaucoup de places. Alors on fait quoi ? On les laisse seuls ?

- Si les familles ne peuvent pas trouver de mode de garde pour leurs enfants, alors elles auront deux options : soit ne pas avoir d'autres enfants, soit, vraisemblablement pour les femmes en majorité, arrêter purement et simplement de travailler pour pouvoir s'occuper des enfants, mais cette fois sans compensation financière. Du coup, on va assister à une plus grande paupérisation des familles. Parce qu'il ne faut pas se leurrer : celles qui vont devoir s'arrêter de travailler ne sont pas celles qui gagneront le plus d'argent. Elles, elles auront toujours les moyens de s'offrir une garde d'enfants à domicile ou une jeune fille au pair. Et on va donc augmenter encore les inégalités.

- Et puis, ça m'horripile encore d'imaginer que le gouvernement va m'obliger à faire quelque chose que je n'ai pas envie de faire. J'ai envie, pour une fois, de penser au bébé à venir, de m'occuper de lui, de prendre le temps de le voir tous les jours, sans stress. J'ai envie de le materner, de le voir grandir. Cela fait près de 15 ans que je travaille au même endroit, j'ai envie de faire une pause, trois ans, ça me paraît bien, pour pouvoir mener à bien d'autres projets que je ne peux pas monter parce que mon temps de travail et les charges de famille ne me le permettent pas actuellement. J'ai envie de m'épanouir dans autre chose que mon métier, même si ce n'est qu'une parenthèse dans ma vie. Au nom de quoi le gouvernement peut-il me l'interdire ? Au nom de quoi une ministre soi-disant des droits des femmes peut-elle décider à ma place et à la place de mon couple de ce qui est bon pour moi et ma famille ? Et si ça me plaît, à moi, de mitonner de bons petits plats pour mes enfants et mon mari ? Et si ça me plaît de passer plus de temps avec mes enfants ? Au nom de quoi Najat Vallaud-Belkacem peut-elle prétendre savoir mieux que moi ce qui me permettra de m'épanouir en tant que mère, qu'épouse, et surtout, en tant que femme ? Sommes-nous encore, oui ou non, au pays des Droits de l'homme, qui a, si je ne m'abuse, pour devise, « Liberté, Égalité, Fraternité » ?

Voilà, vous savez tout ou presque sur mon coup de gueule du jour. Une fois de plus, c'est un très long billet, mais vous me connaissez maintenant ! Je suis incorrigible de ce point de vue. Faudra vous y faire !

mardi 26 février 2013

NVB ou le retour de l'obscurantisme

Ce blog va décidément devenir un déversoir à humeurs... Que mes lecteurs habituels et habitués me pardonnent : après tout, il s'agit de mon blog et j'y écris ce que je veux. La seule limite que je m'impose est celle de la loi : dans ces billets, je ne dois rien écrire qui incite à la haine, ou bien encore qui soit diffamatoire. Je précise d'emblée ici que ce billet est un billet d'humeur, que c'est mon avis personnel qui s'y exprime. Si jamais il y avait un souci de droit, je m'empresserais bien sûr de retirer ce billet.

Notre gouvernement fait vraiment très, très fort en ce moment, et multiplie les initiatives qui, à moi, me paraissent plus que douteuses ou problématiques.

Dernier exemple en date, dont j'ai pris connaissance hier : la ministre des droits des femmes et porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem a « découvert » que des femmes s'informaient sur Internet à propos de l'IVG. Et que se passe-t-il quand une femme utilise le plus célèbre moteur de recherche du net pour s'informer (vous pouvez essayer pour voir) ? Elle tape « ivg » sur ledit moteur de recherche, et tombe, soit en première intention, soit en seconde, sur le site www.ivg.net (normal, me direz-vous, au moins, là, on est vraiment dans la réponse à la question posée, ouf, ça prouve que G****e fonctionne correctement au moins).
Sauf que madame Najat Vallaud-Belkacem, ça ne semble pas lui plaire du tout, ça, parce que le site en question n'est pas franchement pro-ivg. Il est surtout favorable à une juste information des femmes se posant la question d'un recours à l'avortement, et informe en particulier sur les risques qu'elles courent en franchissant le pas.

J'y suis allée hier, par curiosité, pour savoir ce qui faisait si peur à notre chère ministre. On y trouve un certain nombre de témoignages de femmes ayant avorté, qui, pour beaucoup, ne s'en remettent pas (dans le sens où elles se posent des questions, même des années après, ou regrettent simplement leur geste et n'ont qu'un désir : mettre au monde cet enfant qu'elles ont tué, puisqu'il faut appeler un "chat" un "chat"). On y trouve aussi une étude à propos du recours à l'IVG chez les adolescentes, et en particulier du risque accru qu'ont ces jeunes filles d'avoir par la suite des problèmes psychiques, voire des maladies mentales. Ce risque, selon l'étude, serait supérieur pour les jeunes filles ayant recours à l'IVG par rapport à celles qui mèneraient à terme leur grossesse, même non désirée.

Je ne vais pas faire ici un catalogue exhaustif de tout ce que contient ce site (il y a entre autres un numéro gratuit que l'on peut appeler quand on se pose des questions, et qui permet d'avoir en ligne un conseiller, simplement pour parler).
Ce que je constate, c'est que la ministre entend poser la question du référencement des sites internet sur le moteur de recherche, et sans doute favoriser (par je ne sais quel moyen, mais elle a suffisamment de ressources pour finir par trouver) le référencement de sites plus favorables à l'IVG que ivg.net. On sait par ailleurs que le Planning Familial, depuis longtemps, ne joue plus son rôle de prévention, et préfère encourager à l'avortement que donner des informations fiables concernant, par exemple, l'accouchement sous X ou les procédures permettant de confier un enfant non désiré à l'adoption.

Alors tout ça, ça m'amène quand même à me poser une fois de plus la question de la logique du gouvernement qui dirige actuellement notre pays.
On nous dit, et on le clame bien haut et bien fort, qu'il faut absolument l'égalité pour tous, la parité entre hommes et femmes, renforcer les droits des femmes, etc. C'est beau, c'est bien, c'est politiquement correct, c'est très, très louable (je ne vais pas, en tant que femme, prétendre le contraire !). Sauf que ce que je vois, de mon petit bureau d'Ebersheim, c'est que sous le prétexte d'assurer aux femmes le droit de disposer de leurs corps comme elles l'entendent, sous prétexte de leur permettre de s'affranchir du « poids » de la maternité (subie sous-entendu), on leur nie le droit à une information complète, en voulant carrément supprimer l'accès à l'information elle-même. Et ça, pour la documentaliste que je suis, c'est purement et simplement insupportable.

Mon travail et sa déontologie sont clairs : ce qui prime, c'est la pluralité pour avoir une information éclairée et complète. Par exemple, si une bibliothèque est abonnée à un quotidien de gauche, elle doit aussi s'abonner à un quotidien de droite pour assurer aux lecteurs potentiels des points de vus divers et donc divers angles d'approche d'un problème, ce qui permet de se faire une opinion nuancée du problème en question. Et ce quelles que soient les opinions politiques ou religieuses des documentalistes.

Là, ce que propose la ministre aux droits des femmes (1), c'est purement et simplement de mettre en avant, et de créer un site internet pour contrer une information mise à la disposition des femmes (à savoir qu'un avortement, si, si, ça a des conséquences), de manière à favoriser ce qu'elle considère sans doute comme un droit fondamental. Sauf qu'à ma connaissance, toutes les femmes ne sont pas obligées d'être d'accord avec elle et sa vision des choses. Elles ont aussi, il me semble, le droit fondamental de se faire leur propre opinion par rapport à leur avenir et à l'avenir éventuel de leur enfant, si elles décident finalement de le garder.

Au Moyen-Age, et après aussi, maintenir volontairement une population ou une fraction de la population dans l'ignorance, ça s'appelait simplement de l'« obscurantisme »...

Il y a donc des choses que je ne comprends pas dans la logique de cette ministre. Les femmes ont le droit de savoir ce que font les médecins avec leur corps, il me semble. Le « droit » de disposer de son corps, ce n'est pas seulement le droit de faire n'importe quoi avec (du genre coucher avec n'importe qui, quelles que soient les conséquences, au nom de la sacro-sainte Liberté si chèrement acquise en 1968 par exemple). C'est aussi et surtout, il me semble, le droit de connaître les risques que l'on court en pratiquant une intervention ou une autre, le droit de préserver son corps d'une éventuelle mutilation (je pense en particulier à l'excision, mais on peut trouver des tas d'exemples). S'il y a quelque chose de bien dans cette histoire de droit à disposer de son corps, c'est bien ça : dans ce « mon corps m'appartient », personnellement, je vois surtout le fait que personne n'a le droit de prendre des décisions à ma place en ce qui concerne mon corps et son intégrité. D'ailleurs, un chirurgien informe bien ses patients des risques opératoires encourus, des risques liés à l'anesthésie (la consultation avec l'anesthésiste est, si je ne m'abuse, obligatoire avant toute intervention chirurgicale), ceci afin que le patient puisse prendre une décision libre et éclairée. Ça fait partie des protocoles de base en milieu hospitalier, et ça s'appelle tout simplement le respect du patient. Pourquoi donc ce même principe de base (une décision libre et éclairée par une information complète sur les bénéfices et les risques de l'intervention) ne pourrait-il pas être appliqué dans le cadre de l'IVG ? Pour éviter qu'il y ait une baisse du nombre d'avortements en France ? Comment ? 200.000 avortements par an, ça ne suffit pas ? Il en faut plus ? Ah oui, c'est vrai qu'avec les problèmes de pilule qu'on rencontre aujourd'hui (à cause, mais ça, ce n'est pas vraiment de la faute du gouvernement actuel), il y a fort à parier qu'on risque une recrudescence des avortements suite à des abandons de pilule... (Vous inquiétez pas, madame la ministre, des avortements, vous en aurez en nombre dans les mois qui viennent si les labos pharmaceutiques et les médecins ne parviennent pas à faire preuve d'un peu plus de bon sens...) (en plus, c'est cool, depuis le 1er janvier, tous les avortements sont remboursés à 100% ! Chouette, alors ! Allons-y gaiement : la pilule, elle (surtout celles de 3e et 4e génération), est chère et n'est pas remboursée !)

Lors du vote de la loi Veil, en janvier 1975, il a été prévu un entretien avec un médecin, puis un entretien avec un psychologue, et un délai de sept jours préalable à toute interruption volontaire de grossesse. Ce qui veut bien dire, et le législateur en était parfaitement conscient en 1975, qu'une IVG n'est pas un acte anodin comme on voudrait nous le faire croire aujourd'hui. Loin d'être banal, cet acte a de lourdes conséquences psychiques et, dans certains cas, physiques aussi sur la femme qui le subit, et ce y compris si elle a toutes les informations dont elle a besoin pour que cette décision soit libre et éclairée.
Dans certains témoignages que j'ai lus il y a déjà un bon bout de temps (comme quoi, ces questions ne datent pas d'aujourd'hui et ont vraisemblablement toujours posé problème), certaines femmes disaient que bien des années après l'avortement, elles se posaient toujours la question de cet enfant qui n'est jamais né : Qui était-il ? Était-ce une fille ? Un garçon ? Qu'aurait-il fait dans sa vie adulte ? Etc. Et ces femmes n'oublient pas qu'elles ont porté un bébé : c'est inscrit dans leur corps, quoi qu'en disent tous les « pro-avortement » qui cherchent à minimiser l'impact de l'IVG sur le psychisme des femmes. Et le corps se souvient de ce qu'il a vécu par le passé...

En tout cas, si cet entretien avec un psychologue a été décidé et rendu obligatoire par la loi, ce n'est vraisemblablement pas pour rien. Et faire croire aux femmes qui se posent la question de l'avortement que c'est un acte banal, sans danger, sans risque pour elles, c'est leur mentir, surtout si en plus on leur retire un certain nombre de sources d'informations susceptibles de les faire, sinon changer d'avis (cela ne regarde qu'elles et l'avortement est malheureusement légal en France), au moins réfléchir aux conséquences et prendre la décision en toute connaissance de cause.

Pour le coup, le comportement de madame Najat Vallaud-Belkacem me paraît criminel, simplement. Au nom du respect du droit à l'avortement, la ministre entend cacher aux femmes la vérité sur ce qu'elles subissent lors d'une IVG. À quand un procès contre la ministre des droits des femmes pour non respect du droit à la liberté d'information ? Ça me ferait bien rigoler, ça !

____________________
(1) Comme d'habitude, les commentaires sont aussi intéressants que le texte lui-même... Et puis, je me demande si notre ministre est vraiment pour la défense des droits des femmes, ou si elle est là uniquement pour défendre une certaine idée des droits des femmes. Pour ma part, je ne me retrouve absolument pas dans ces "droits" qu'elle entend défendre bec et ongles. Et pourtant, je suis une femme. Comprenne qui pourra.
Dans l'article, il est dit (et c'est NVB qui le dit) : "ces sites font du prosélytisme anti-IVG". Otez un doute de mon esprit : ce qu'elle veut faire n'est rien d'autre que du prosélytisme pro-IVG, non ? Que je sache, nous sommes en démocratie (elle, elle ne le sait peut-être pas ? Faudrait que le président normal pense à le lui dire, parce que visiblement, ça pose problème quand même, sauf si sa définition à lui de la démocratie est tout aussi partielle que celle de sa porte-parole... on peut se poser la question, d'ailleurs, quant on voit la manière qu'il a de traiter d'autres sujets de société, mais je ne vais pas revenir sur le "mariage pour tous", c'est un autre débat. Quoique.), et à ce titre, toutes les opinions ont quand même le droit de s'exprimer, non ? Ou alors c'est moi qui n'ai rien compris à la démocratie ??? En quoi le fait de faire du prosélytisme anti-IVG est un problème ? Ça rétablit un peu l'équilibre, puisque les femmes ne peuvent pas toujours trouver auprès des médecins les informations dont elles ont besoin pour se faire une opinion... Ah mais non : ça ne va pas dans le bon sens pour notre bonne ministre des droits des femmes... Zut alors !

samedi 2 février 2013

Nous mentirait-on ???

Je pensais réserver ce blog à des textes de fiction, mais l'actualité me pousse à m'exprimer, et comme ce blog est le plus adapté de mes trois blogs pour cela, c'est ici que je vais le faire.
Toutes mes excuses donc à mes lecteurs habituels, pour ce message très politique. Mais quand il faut que ça "sorte", l'écriture est pour moi le meilleur des remèdes...

Le sujet qui me préoccupe en ce moment, et pas qu'un peu, c'est, vous vous en doutez peut-être si vous avez lu les billets précédents (très rares, je vous le concède volontiers), l'ouverture du mariage aux couples de même sexe.
Je me pose quantité de questions quant à cette loi, et les plus irritantes ne sont pas forcément celles que l'on croit.
Selon les interprétations que l'on donne au mot "mariage", les raisonnements des "pour" et des "anti" mariage homosexuel se tiennent de bout en bout. Pour certains, le mariage est avant tout une célébration de l'amour entre deux personnes, et l'institution de cet amour au travers de celle du mariage permet en plus de protéger le conjoint en cas "d'accident de la vie", comme le veut l'expression consacrée.
Pour d'autres, il est aux fondements de la société, puisqu'il organise la filiation et fait de la famille "traditionnelle" le socle de la société (puisque la famille est, jusqu'à maintenant du moins, la base des relations en société). Il n'y a qu'à voir l'importance que prennent les relations familiales et intergénérationnelles, qui sont bien loin devant les aides que peut apporter l'Etat aux familles en difficulté. Quand on y réfléchit un peu : qui est en première ligne quand une femme a de jeunes enfants, pour en prendre soin quand la mère va travailler ? Il s'agit souvent, très souvent même, de la grand-mère. Quand une personne âgée devient dépendante, quelle est la première personne qui vient l'aider, naturellement, et sans compter son temps et son énergie ? Là encore, en général, les enfants, voire les neveux et nièces si la famille "élargie" est très soudée et proche géographiquement. Au point que l’État a même reconnu ce fait en créant le statut "d'aidant familial" et un congé spécifique pour permettre à l'aidant en question de cesser temporairement de travailler afin d'être plus disponible pour aider son parent dépendant, voire pour l'accompagner jusqu'à la mort si la mort est proche.
On peut donc en conclure que l’État "subventionne" l'entraide familiale, au même titre qu'il a créé les différentes aides à la famille (allocations, aides pour l'emploi d'une nourrice ou le paiement de la crèche par exemple, sans parler des maisons de retraite et de leur financement, voire des allocations pour les personnes handicapées) pour pallier les manques quand les familles ne peuvent pas aider (problème de la distance entre les enfants et les parents entre autres, mais aussi de revenus...).

On se retrouve donc avec deux conceptions différentes du mariage, l'une très proche du "contrat" privé entre deux personnes, l'autre qui s'entend comme institution de base de la société, intéressant donc l'ensemble de notre vie en société.
Ce que nous propose le gouvernement, c'est une modification radicale du mariage, au moins dans son acception comme "institution" en ce qu'elle organise la société par la filiation et l'inscription dans les générations. Parce que finalement, que le mariage soit un contrat d'amour entre deux personnes, la société s'en fiche un peu (totalement, même) : les personnes, quel que soit leur sexe, ont aujourd'hui le "droit" de s'aimer, en ce sens que personne de normalement constitué n'ira dans la chambre du voisin pour savoir ce qu'il peut bien fabriquer dans son lit avec la personne qu'il aime, et surtout, quel est le sexe de cette personne.
On voit bien que l'enjeu, là, est bien au niveau sociétal, et non pas au niveau personnel. 

Et pourtant, le gouvernement nous ment.
Il nous ment à plusieurs titres.
J'ai lu pas plus tard qu'hier (et c'est un argument que l'on entend depuis longtemps maintenant) qu'autoriser le mariage pour des personnes de même sexe n'enlève rien aux couples hétérosexuels. Permettez-moi d'émettre un doute, si peu fondé soit-il apparemment. Si vraiment le mariage ne change rien pour les couples hétérosexuels, peut-on m'expliquer pourquoi il est impossible alors de créer une union civile pour les couples homosexuels et de laisser le mariage aux seuls couples hétérosexuels ? Quel serait le problème de créer deux institutions, l'une pour les homosexuels, et l'autre pour les hétérosexuels ? Si les homosexuels veulent le mariage, c'est bel et bien que le mariage permet quelque chose que les couples homosexuels ne peuvent pas avoir pour l'instant. Alors quel est cet enjeu derrière le mariage, si ce n'est d'une part la question de la protection du conjoint (automatique dans le mariage par la pension de réversion et l'obligation d'assistance qui découle du mariage) et d'autre part la filiation ? On voit bien là que si, au contraire, l'autorisation donnée aux couples de même sexe de se marier civilement change bien tout pour les couples hétérosexuels, puisque c'est le sens même du mot "mariage" qui est radicalement transformé. Le mariage est compris, jusqu'à présent dans notre société, comme l'institution qui permet à un homme et à une femme non liés biologiquement entre eux de s'unir et par voie de conséquence d'avoir des enfants. La loi le permet (d'avoir des enfants) mais ne l'oblige pas pour autant : on peut se marier à n'importe quel âge, y compris après l'âge de fécondité de la femme, et on peut aussi se marier sans avoir envie d'avoir des enfants. La possibilité d'en avoir est là, et le mariage organise la protection du conjoint et des éventuels enfants à venir, un point c'est tout. Or le fait d'avoir naturellement des enfants étant impossible dans un couple où les deux personnes ont le même sexe oblige à modifier le sens même et les fondements du mariage, soit en l'affaiblissant (en lui faisant perdre une grande part de sa signification), soit en faisant de la seule protection du conjoint l'essence même du mariage (et en laissant de côté la filiation, pourtant à la base du mariage lui-même). Les revendications affichées des "couples" homosexuels étant évidemment de pouvoir assurer une filiation dans leurs propres "familles", ce n'est pas la protection du conjoint qui est prioritaire (même si elle n'est sans doute pas absente du débat par la question de l'héritage notamment, ce que l'on peut très bien comprendre en soi), mais la question de la filiation à travers l'adoption notamment (puisque, je le répète, la procréation naturelle est impossible dans ces couples).
Alors en quoi le gouvernement nous ment-il ?
Il nous ment en nous disant que le mariage homosexuel ne va rien changer pour les couples hétérosexuels, puisqu'il change le sens même du mot et donc de l'engagement.

Il nous ment aussi quand il nous dit que c'est une question d'égalité. Ce n'est pas une question d'égalité puisque tous les citoyens de ce pays (et c'est la déclaration universelle des droits de l'homme qui le dit, et qui est à la base de la Constitution qui fonde les droits et les lois en France) sont libres et égaux en droits. Attention, il s'agit bien des citoyens, pas des couples ! Et c'est là qu'est le mensonge le plus évident et le plus grossier aussi. Un couple n'a pas de droits en tant que tel. Il n'est pas un sujet de droits. Ce sont les personnes qui le composent qui sont sujets de droits. Donc la question de l'inégalité ne tient pas du tout, puisqu'il n'y a pas inégalité.
On va me répondre que si, puisqu'un couple hétérosexuel peut adopter, ce qui n'est pas le cas d'un couple homosexuel. Je réponds que non : ce n'est pas le couple lui-même qui adopte, mais les personnes qui le composent. La nuance est de taille quand même. Et la meilleure preuve, c'est qu'un  ou une célibataire peut adopter (ça, c'est historique, c'est, il me semble, lié aux guerres, mais peu importe). Alors on dit que puisqu'un célibataire peut adopter, l'argument comme quoi l'enfant a besoin des deux figures maternelle et paternelle ne tient pas, puisque chez un célibataire, il y a soit l'un, soit l'autre.
Oui mais non.
Là où on nous ment encore, c'est que quand un célibataire adopte un enfant, l'enfant ne voit pas pour autant sa vie et son identité devenir un mensonge en soi. Ce que propose la loi, c'est de remplacer la filiation homme-femme par une filiation femme-femme ou homme-homme, puisque l'adoption plénière efface la filiation biologique de l'état civil de l'enfant. Donc on dit à l'enfant, ni plus, ni moins : "tu as deux pères" ou "tu as deux mères". Ce qui n'est pas vrai fondamentalement, puisqu'un enfant naîtra toujours d'un homme et d'une femme, même s'il n'est pas exclu que la biologie permette un jour le clonage. Mais là, je ne sais pas où on va aller...

Mensonge, encore, sur les questions relatives à la PMA (Procréation Médicalement Assistée, ou encore AMP : Aide Médicale à la Procréation) et à la GPA (Gestation Pour Autrui, autrement appelée "Mères porteuses").
Les députés socialistes ont retiré du projet de loi la question de la PMA au motif qu'elle ne faisait pas partie des propositions de François Hollande, alors candidat, qui n'avait parlé que du mariage en lui-même. Là encore, ce n'est pas tout à fait exact, et dans tous les cas fort incomplet. La PMA a simplement été retirée du projet de loi parce que si elle y restait, la loi ne pouvait pas passer le barrage du Conseil Constitutionnel puisque la PMA est aussi une question éthique (à cause de son aspect médical et biologique) et qu'en tant que tel, elle ne relève pas uniquement du code Civil, mais demande à être étudiée au préalable lors d'un débat éthique, donc au sein de la société. Ce débat n'a pas eu lieu (parce que là aussi, on nous ment sur la question du débat de société !), donc la PMA ne peut pas être incluse dans le projet de loi. Mais ça ne change pas grand-chose, puisqu'en mars sera discuté un autre projet de loi, sur la famille encore, incluant la PMA et là, il est réellement prévu un débat sur les questions éthiques. Donc on va attendre le mois de mars pour le faire.

Mais qu'a donc de si urgent ce projet de loi sur le mariage pour qu'on doive le faire passer de force en février ??? N'y aurait-il pas, là encore, des enjeux cachés ?
Si on reprend un peu la chronologie prévue, en février (le 12), le vote devrait consacrer le mariage homosexuel. Soit. Cette loi donnera donc aux couples, quel que soit le sexe des partenaires, exactement les mêmes droits. Donc tous les couples auront le droit de se marier, d'adopter des enfants (peu importe qu'il s'agisse d'adoption internationale ou des enfants du conjoint), et de protéger le conjoint le plus faible au nom de la solidarité entre les époux.
Très bien.
La conséquence, c'est que tous les couples, et en particulier les couples homosexuels, auront donc la même appellation dans le code civil et dans tous les autres codes où ils sont mentionnés (code de la sécurité social, code pénal, etc.), et qu'il ne saurait y avoir de distinction légale, par la suite, entre un couple hétérosexuel et un couple homosexuel. Donc en modifiant en mars la loi sur la famille, on modifie la loi pour toutes les familles, qu'elles soient hétéroparentales, homoparentales, recomposées ou monoparentales. Toutes les familles seront impactées par cette loi, ce qui sera "normal" dans la mesure où il ne peut y avoir inégalité entre deux situations identiques (les couples homosexuels et hétérosexuels mariés, par exemple, seront tous à la même enseigne pour les questions dont relèvent les couples en général).

En modifiant les règles relatives au mariage avant celles relatives à la PMA, on enlève un obstacle dans la modification de la loi relative à la PMA, puisque celle-ci est déjà autorisée pour les couples mariés. Le débat n'a tout simplement plus lieu d'être : de fait, la PMA sera accessible à tous les couples (et en réalité aux seuls couples hétérosexuels et couples de femmes, les couples d'hommes ne pouvant y prétendre pour d'évidentes raisons biologiques et physiologiques. Il suffira alors de donner à la PMA un statut de "procréation alternative" pour qu'elle devienne autre chose qu'un traitement médical, pourquoi pas... Pour l'instant, il s'agit de pallier la stérilité du couple. C'est une question de santé. Mais si on change la définition en en faisant une question de procréation alternative, alors il n'y a plus aucun obstacle à la PMA pour les couples de femmes. Et, vous allez me dire, qu'est-ce que ça change ? Ça change, pour moi en tout cas, que je ne trouve pas normal de donner un traitement médical (puisqu'il s'agit quand même de ça, à la base), à quelqu'un qui n'est pas malade. Ça change aussi que ce traitement, remboursé par la Sécurité sociale, c'est finalement moi qui vais le payer, avec mes impôts. Et là, je ne suis pas d'accord. Je suis d'accord pour la solidarité, pour que la société, avec mes impôts, soigne ceux qui sont malades, qu'ils aient ou non les moyens de se soigner eux-mêmes, de même que quand je suis malade, une part de mes frais de santé est payée par la collectivité. En revanche, je ne suis pas d'accord pour que mes impôts payent les caprices de personnes homosexuelles qui ont fait le choix, à un moment ou un autre (même si on va me dire que l'homosexualité n'est pas un choix en soi, ce que je peux admettre sans problème), d'avoir un enfant sans passer par la case "homme-femme" pour le faire. Au final, si on utilise la PMA pour avoir des enfants quand on est un couple de deux femmes, c'est purement et simplement pour satisfaire un désir égoïste d'enfant à tout prix. Et surtout aux frais de la société.
Je vois d'ici les critiques : pour les couples hétérosexuels aussi, la PMA sert à satisfaire un désir d'enfant, et c'est la même chose dans tous les couples finalement. Sauf que biologiquement, l'union d'un homme et d'une femme conduit logiquement à la procréation, ce qui n'est pas le cas du tout de l'union de deux femmes ou de deux hommes, qui est avant tout (et uniquement, même), la recherche du plaisir immédiat. Si la donne a changé dans les couples hétérosexuels et a permis aussi la place prépondérante du plaisir dans la relation sexuelle, il n'empêche que le "risque" de la venue d'un bébé existe toujours, aucun moyen de contraception, à l'exception de l'abstinence, n'étant fiable à 100%. Et je précise tout de suite que le plaisir dans la relation de couple, qu'elle soit homosexuelle ou hétérosexuelle, ne me choque absolument pas en soi. En revanche, ce qui me choque, c'est que la recherche purement égoïste du plaisir dans le cadre d'une relation homosexuelle donne lieu à une demande de "droit à l'enfant" que l’État se devrait de combler par la loi, puisqu'elle est impossible à réaliser biologiquement.

J'ai mentionné plus haut la GPA. Là aussi, on nous ment, et à plusieurs titres en plus. L'autre jour, Madame Taubira a surpris tout le monde avec une circulaire demandant aux tribunaux d'accorder un certificat de nationalité aux enfants nés d'une GPA à l'étranger, si leur père est de nationalité française (ce qui n'est évidemment pas le cas de leur mère, la GPA étant illégale en France). Et le gouvernement nous dit, clame haut et fort qu'il est hors de question d'inclure la GPA dans la loi ???
Mais bien sûr que si, il en est question ! Et très vite, même !
Pourquoi ?
Parce que si la question était uniquement de donner une nationalité aux enfants nés d'une GPA à l'étranger, et donc de faire en sorte que ces enfants ne soient plus des apatrides, alors la logique voudrait que les parents de ces mêmes enfants, qui ont commis un acte répréhensible et puni par la loi soient punis. Pour mémoire, je crois qu'il est prévu, en cas de recours à la GPA, une amende d'environ 45.000 € et deux ans d'emprisonnement. Madame Taubira, proposant des lois et étant garante de ces mêmes lois, ne peut dire d'un côté "on donne une nationalité aux enfants nés d'une GPA parce qu'ils n'ont pas à subir les conséquences des actes délictueux de leurs parents" et ne pas punir les parents en question.
Donc si ces parents ne sont pas punis d'amendes et d'emprisonnement, c'est qu'il est d'ores et déjà prévu de légaliser la GPA, au nom, toujours, de l'égalité de droits entre les personnes.
Pourquoi ? Mais parce que, pour des raisons biologiques évidentes, seuls les couples de femmes pourront avoir recours à la PMA ! La loi autorisant le mariage pour les couples de même sexe crée donc, de fait, une inégalité entre les couples d'hommes et les couples de femmes ! Il va donc falloir rétablir très vite l'égalité en donnant aux hommes le seul moyen à leur disposition pour avoir des enfants : la GPA.
CQFD.

Donc, quand le gouvernement nous dit, par la bouche de M. Erwann Binet, de Madame Taubira, de M. Hollande soi-même qu'il n'est pas question de GPA dans ce projet de loi, ils jouent sur les mots. Bien sûr que la GPA en tant que telle n'est pas présente dans le projet de loi sur le mariage homosexuel. En revanche, le mariage homosexuel crée toutes les conditions nécessaires à la légalisation de la GPA (et avant, de la PMA) en France.

Voilà donc ce qui occupe mon esprit depuis quelques temps, et que j'avais besoin de dire.
Notre gouvernement, depuis le début, nous ment. D'autres nous ont menti avant, et ne s'en cachent même plus : Madame Elisabeth Guigou, il y a quinze ans, nous avait assurés, au moment où le PACS a été créé, qu'il ne serait jamais question de mariage homosexuel.
Elle dit aujourd'hui qu'il en a toujours été question, mais qu'il y a quinze ans, la société n'était pas encore prête à l'entendre. Aujourd'hui, elle n'est pas encore prête à entendre parler de GPA. On parie combien que dans quelques années (et pas 15, je suppose qu'il n'en faudra que 2 ou 3, tellement les esprits sont bien préparés maintenant), la société sera prête à accepter la GPA ? Après tout, je finis par voir là un profond mépris de la gauche pour les citoyens. Par hasard, est-ce que les socialistes ne nous prendraient pas pour des imbéciles, des moutons de Panurge, des idiots ? Et pourquoi pas tout ça à la fois ? Notre Président clame haut et fort qu'il est formellement opposé à la GPA et qu'il n'en est pas question. Je ne sais pas pour vous, mais vue la tournure que prennent les choses, j'ai de gros doutes quant à sa sincérité sur ce sujet.

Je vous fais grâce des arguments relatifs à l'enfant ("c'est mieux pour un enfant d'avoir deux mères ou deux pères que d'être dans un foyer" ou encore "il vaut mieux des parents homosexuels que des parents pédophiles" (et là, bonjour l'amalgame !), ou "l'enfant n'a pas besoin d'un père et d'une mère mais d'un référent masculin et d'un référent féminin, il trouvera des personnes des deux sexes dans son entourage, ça ne lui posera donc aucun problème", etc.)
Tous ces arguments sont faux ou biaisés. Juste un point par rapport à la construction psychique d'un enfant : bien sûr qu'il vit dans une société mixte, où il rencontrera toujours des hommes et des femmes. Mais un enfant, quoi qu'on en dise, a besoin d'un homme et d'une femme pour l'élever, parce qu'il a besoin de savoir qu'il est né d'un père et d'une mère, et qu'en plus, rien ne remplace un père et une mère (les deux en même temps) dans sa construction psychique qui, si mes souvenirs sont bons, se fait alternativement par identification au père et à la mère. L'adoption de cette loi et par la suite de la PMA et de la GPA va priver certains enfants de ce double repère et de cette construction dans l'altérité, puisque l'un des deux sexes sera automatiquement "gommé" dans la filiation même de l'enfant. On est donc bien là dans un caprice d'adultes et non pas dans l'intérêt supérieur de l'enfant.
La loi doit-elle entériner les caprices des adultes ???

Alors oui, je suis passablement énervée. C'est d'ailleurs de la faute de mes propres parents : ils m'ont élevée avec, parmi d'autres, le principe que le mensonge est une mauvaise chose. Donc je ne le supporte pas. Et là, en plus, le mensonge vient de l’État lui-même. Mais si l’État me ment, en qui, donc, pourrais-je avoir de nouveau confiance ? Je n'avais déjà pas grande confiance dans nos hommes politiques, dont j'ai compris depuis longtemps que beaucoup font ce "métier" non pas pour le bien de leurs concitoyens mais pour le pouvoir et surtout l'argent que cela leur donne. Le résultat de tout cela, c'est que je ne suis pas loin de penser qu'on va vers une société sans foi ni loi. Sans foi, c'est déjà fait ou à peu près, sans loi, on y est bientôt, puisque l'une des justifications de ce projet de loi, c'est "Ces situations existent, il faut donc les légaliser". Qu'est-ce qui va empêcher, un jour, de légaliser le crime, le meurtre, le vol, le viol, l'inceste ??? Avec cet argument, plus aucune vie en société ne tient. Et on nous dit que ce n'est pas vrai, et que le but de cette loi n'est pas de détruire la société par l'intermédiaire de la destruction préalable de la famille ? Mais, puisque les repères sociaux seront démolis, la famille n'existant plus en tant que telle, puisque les liens intergénérationnels seront devenus sans objet, vers qui les gens vont se tourner, si ce n'est l’État ? Ce sera alors, vraisemblablement, le règne de l'individualisme à tout crin (oui, je sais, on y est déjà, mais justement, le seul rempart qui reste contre cet individualisme forcené, c'est justement la famille) et la fin de la "société", en ce qu'elle est la possibilité pour les personnes de vivre ensemble...

Je ne veux pas de cette "société"-là. Malheureusement, si la loi passe, c'est là qu'on va, à plus ou moins brève échéance.