samedi 7 avril 2012

La Belle des Mers (2)


(Pour lire la première partie, c'est ici)

Pierre ne savait pas naviguer en haute mer. L'océan lui faisait peur, avec ses colères, ses orages, mais il ne pouvait se défaire de cette obsession. Il voulait naviguer. Il avait un jour entr'ouvert la porte vers un autre monde, or cet ailleurs le fascinait, l'interpellait, et il n'attendait que l'opportunité d'y entrer. Il porta sa main à son front, comme une ombrelle, et scruta une fois de plus ce chenal qui l'attirait et pour lequel il se sentait dans l'obligation de vaincre sa peur du large. Autour de lui, sur la côte déchiquetée, le réveil du printemps tachetait d'orange et de jaune la bruyère et les sous-bois. Les ormes, pins maritimes et autres chênes ornant les jardins des maisons cossues de la station balnéaire où il vivait apaisaient la vue et lui permettait de se sentir en osmose avec son environnement, même s'il était loin de partager la richesse de ceux qui pouvaient s'offrir ces villas et, d'ailleurs, ne les occupaient que pendant les mois les plus chauds de l'année. Il aimait contempler le rivage, les odorantes orchidées ou les simples roses ordinaires ajoutant, au printemps, à sa sérénité. Seulement, il ne pouvait jamais y rester trop longtemps : l'appel du large était toujours plus pressant, l'obligeant à l'obéissance et le menant toujours plus loin vers le moment où il ne pourrait plus reculer et se verrait dans l'obligation de prendre la mer.

Ce matin-là, il finit par se décider. Il mit La Belle des Mers à l'eau et, pour une fois, fit fi des risques qu'il avait maintes fois listés. Oublié, le risque d'orage, de gros vent, de tempête et de naufrage. La tentation était vraiment trop forte, et Pierre ne voyait plus que ces reflets d'argent qui l'attiraient irrésistiblement vers le large, vers ce monde qu'il entrevoyait. Il prit la précaution d'emmener son matériel de plongée, espérant que le temps lui permettrait de faire un premier repérage le jour même. Il devait en premier lieu se rendre au large, un peu au-delà de la sortie du chenal. Oh ce n'était pas encore la haute mer, et il ne risquait pas grand-chose à cet endroit, mais Pierre savait qu'il ne pourrait y rester très longtemps. Le chenal était en effet très fréquenté et sa petite Belle ne ferait pas le poids face aux chalutiers en partance pour la pêche. Il le vivait un peu comme une offense, comme un empêchement de naviguer en rond et d'effectuer ses recherches. Il s'éloigna, porté par les vagues jusqu'au-delà du chenal, après les bouées. Quand il fut certain d'être hors du passage obligé des bateaux de pêche, il mouilla l'ancre, afin de pouvoir s'équiper. Sa combinaison de plongée orange devait lui permettre d'être retrouvé rapidement s'il avait un accident sous l'eau. Il endossa sa réserve d'air, ajusta son masque, et se glissa doucement dans l'eau, sans faire de vagues pour ne pas troubler le monde sous-marin. Il emboucha le détendeur, vérifia que tout était en ordre et glissa dans l'eau opale. Immédiatement sous la surface, il ne vit pas grand-chose. Mais en plongeant plus profondément, il découvrit un environnement enchanteur, onirique. Les rochers sous-marins étaient peuplés de poissons et animaux divers. Anémones, moules, petites huîtres et boulots partageaient l'espace avec une multitude de poissons multicolores. Pierre observait tout ce petit monde avec des yeux émerveillés. Une lointaine réminiscence surgit subitement dans son esprit. Un film de Walt Disney où les bernard-l'ermite et autres coquilles Saint-Jacques jouaient une ode aux poissons en utilisant les cailloux et autres coquillages comme tuyaux d'orgue... Ou peut-être était-ce dans Alice au pays des merveilles, où le flutiau jouait à une octave bien élevée pour ses oreilles d'enfant ?

Pierre secoua vivement la tête, en proie au doute. Ce qu'il observait là, ce qui se déroulait sous ses yeux était par trop extraordinaire. Comme ce monde qu'il venait de découvrir et qu'il lui tardait de visiter. Était-il en train de rêver ?

Amélie Platz, 4 avril 2012

J'essaie péniblement de me remettre à l'écriture, de trouver un peu de temps dans le tourbillon de ma vie quotidienne. Cette semaine, pour les Plumes de l'année, Asphodèle a fait une récolte en O, et voici la liste des mots qui étaient à utiliser dans le texte :

or – opale -orange – osmose – ode – obligation – offense – oh – ordinaire – orage – opportunité – ouvert(e) – onirique – obsession – ombrelle – obéissance – oubli – octave – orgue(s) – océan – orme – orchidée.

30 commentaires:

  1. Mais non il ne rêve pas ! Le monde sous-marin est un univers à part entière, enchanteur et peuplé de légendes !! Très joli texte Amélie !^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah !!! On verra bien ! Merci pour ta visite !

      Supprimer
  2. L'inspiration revient au fil des vagues... la suite coulera de source... peut-être avec une sirène à l'horizon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, l'inspiration revient peu à peu... quand j'ai le temps ! Merci beaucoup.

      Supprimer
  3. Equilibre et précision des images, comme toujours... :-)

    RépondreSupprimer
  4. La magie des mondes sous marins est tres bien transmise :-) j'adore dans la petite sirène quand c'est Henri salvador ( le homard je crois) qui chante

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je me souviens de ce homard... Il y a aussi une scène de ce genre dans Fantasia, et une autre dans Alice, avec les petites coquilles st Jacques si je ne m'abuse... Réminiscences...

      Supprimer
  5. Finalement c'est un explorateur. :D J'aime la plongée en mer, qui laisse rêveur. :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Explorateur, oui... et finalement, les explorateurs ne sont-ils pas eux-mêmes de doux rêveurs ?

      Supprimer
  6. Sur l'eau j'peux pas, sous l'eau non plus, alors bravo à Pierre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lui aussi, il a un peu peur... mais la curiosité est la plus forte ! Merci Zoé de ton passage ici !

      Supprimer
  7. Donc, Amélie, une suite semble se profiler... super !!! Car bien sûr je me suis laissée prendre par cette passion marine de ce plongeur rêveur... deux beaux textes, de belles images... on pourrait presque les filmer.... quoique... l'écrit porte plus la magie de ton ambiance !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une suite, oui, j'espère ! Il ne manquerait plus que Pierre reste au fond de l'eau ! ;)

      Supprimer
  8. Je ne sais pas pourquoi mais la suite m' inquiète ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La suite ? Pour l'instant, je n'ai aucune idée de la suite. On verra peut-être avec les mots en P ? :)

      Supprimer
  9. TU sais rendre la magie de cet univers! On s'y laisse prendre! Comme Pierrot le dit, j'espère que tu ne nous réserves pas une mauvaise surprise!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne ou mauvaise, crois-moi, la surprise sera pour moi également ! :) Merci Claudia !

      Supprimer
  10. Je me promène de texte en texte et à chaque fois, je suis ravie de découvrir un univers totalement différent du précédent ! Ce que l'on peut écrire avec 22 mots imposés ! Et puis j'aime tellement la mer !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas encore eu le temps de lire tous les textes, mais effectivement, ceux que j'ai lus sont tous très divers ! Contente que le texte t'ait plu !

      Supprimer
  11. Les mots imposés, loin de s'imposer se coulent en transitions qui épaississent sans alourdir le récit. J'aime les récits où on lit plus que l'histoire, les descriptions qui font plus que de planter un paysage. Quand tout tourne, quand tout inter-agit avec le monde intérieur du personnage principal.
    ...et si l'on doit se noyer au moins on aura bien voyagé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Mr Normal ! Je vais essayer de continuer, alors, sans noyer qui que ce soit ! :)

      Supprimer
  12. Tout coule de source dans ce texte :-) Les mots se sont placés et mettent en valeur le récit évoqué. Oui les fonds marins peuvent être une source d'inspiration fantastique !

    Coincoins sous l'eau

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand merci ! J'espère que la suite sera aussi "inspirée" !

      Supprimer
  13. Les fonds marins...Hum! je suis un bon terrien qui aime regarder les poissons dans un aquarium...ton beau texte ne me fera pas changé d'avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans un aquarium, les poissons ??? Pourquoi pas en cage ? (ah non, les trous, ça provoque des fuites...) Merci pour ton passage ici !

      Supprimer
  14. C'est super bien écrit en tout cas ! bravo...
    So

    RépondreSupprimer
  15. Belle descente en eaux profondes, Amélie, Pierre reviendra-t-il de ses rêves? Tu parviens à écrire bien plus long que moi. J'admire...
    Incroyable ces différences entre les textes malgré les 20 mots imposés. L'imagination est décidément reine... Bravo Amélie pour ton texte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Bettina ! Je trouve qu'écrire court avec 20 mots imposés est un challenge autrement plus difficile que distiller 20 mots dans un long texte...
      Mais c'est vrai que les textes sont variés, même si les mots sont les mêmes. C'est ce qui fait la richesse de ces exercices d'écriture !

      Supprimer