samedi 14 avril 2012

La Belle des mers (3)

Pour lire les précédents épisodes, c'est ici et .




(Photo : Romaric Cazaux)


Pierre regarda au-dessus de lui, à la surface de l'eau. Le ciel se couvrait, la pluie allait bientôt tomber. Elle avait été annoncée, mais il ne l'attendait pas avant le soir, et il se demandait combien de temps il avait bien pu rester ainsi, sous l'eau, à observer ce monde mystérieux et fascinant qui s'épanouissait sous ses yeux. Il regarda la jauge de son équipement de plongée et comprit alors qu'il serait perdu s'il ne remontait pas immédiatement : il n'avait plus que quelques minutes devant lui avant que sa bouteille d'oxygène ne soit vide. Malgré sa tendance à la procrastination, quand il est question de survie, il y a des choses qui ne doivent pas attendre ! Heureusement, il n'était pas à plus de trois mètres de profondeur, il n'aurait ainsi pas de pallier de décompression à observer.

Il remonta rapidement, mais à regrets : il se demandait s'il aurait un jour l'occasion de retourner dans ce monde enchanteur qui l'attirait de plus en plus. Il se dit qu'avec un peu de persévérance et d'entraînement, il trouverait le courage d'affronter sa peur du large, comme il avait pu le faire le matin même. Après tout, il ne lui était rien arrivé !
De retour sur La Belle des mers, Pierre se débarrassa de son attirail de plongée et observa autour de lui : dans la baie, de petits bateaux de plaisance rentraient au port, et, proches de la plage, les pédalos affrontaient les vagues, heureusement peu importantes à cette heure. Il sourit en regardant les vacanciers sur la plage et dans l'eau, à quelques dizaines de mètres de lui. Des enfants jouaient à se poudrer le corps avec le sable fin, ou s'enterraient dans de grands trous qu'ils avaient creusés, bâtissaient d'éphémères châteaux que la prochaine marrée se chargerait de ruiner. Il avait l'impression d'être le seul à savoir, à « voir » la cohabitation des deux mondes. Il lui plaisait d'imaginer qu'il était le seul à avoir conscience de l'existence de cette merveille sous-marine qu'il venait de découvrir.
Pour ne pas déranger le monde qu'il venait de quitter, il renonça à mettre le moteur de La Belle des mers en marche et prit les rames pour regagner l'embarcadère d'où il était parti le matin. Il lui semblait qu'il ne devait rien troubler. Les gouttes de pluie devenaient de plus en plus grosses et nombreuses, et les baigneurs sortaient maintenant un à un de l'eau.

Après quelques minutes, Pierre amarra La Belle des mers à son ponton et reprit la direction de sa maison. La propriété était immense, entourée d'un jardin qui tenait plus du pré que de la pelouse. Derrière la vieille bâtisse, un massif de fleurs, des pivoines, des rosiers, auraient eu besoin d'une main verte pour les débarrasser de leurs pucerons et autres mauvaises herbes qui risquaient de les étouffer, mais Pierre n'en avait cure : les fleurs, ce n'était pas son truc. Il était de toute manière allergique au pollen et, de ce fait, évitait de rester à l'extérieur dès que la saison avançait. Pourtant, il aimait voir les moineaux, au printemps, picorer les miettes de pain qu'il leur laissait après son petit déjeuner sur la terrasse, mais il savait aussi qu'il ne pourrait plus en profiter très longtemps.

En s'approchant de la vieille demeure, il remarqua tout de suite que quelque chose n'allait pas. La façade semblait abimée, décrépie, les volets avaient l'air de ne plus tenir que par miracle. Néanmoins il entra dans la maison, sans manquer de s'étonner de son air poussiéreux et de l'odeur de putréfaction qui l'assaillit dès qu'il ouvrit la porte. Oui, quelque chose n'allait pas. Il pénétra dans le salon où le tapis persan lui parut élimé, bien plus abimé qu'à son réveil le matin même. Sans doute était-ce une illusion d'optique ou une question de lumière ? Toutefois, il y avait cette odeur étrange, âcre, qui le prit à la gorge et le paniqua légèrement. Tout cela n'était pas normal. Il se dirigea vers la cuisine, où il savait qu'il trouverait de quoi manger, et comprit d'où venait l'odeur. Sur la table, le pain était dur et les légumes qu'il avait rapportés du marché avant d'aller en mer étaient en pleine décomposition. Le morceau de poulet n'avait pas mieux résisté, et Pierre se mit en colère, se demandant pourquoi le boucher lui avait vendu de la viande avariée. Après avoir jeté ce qui aurait dû constituer son déjeuner et nettoyé la table de la cuisine, il s'approcha du garde-manger qu'il n'ouvrait d'habitude qu'avec parcimonie pour y chercher de quoi se préparer un substitut de repas avant d'aller se plaindre chez les commerçants, quand il se rendit compte que là aussi, il ne restait rien. De la moisissure, de la poussière, et la même odeur âcre de pourriture. Du côté des boissons, c'était la même chose : le vin était éventé, le jus d'orange pétillant, rien n'avait résisté, comme si le temps avait filé bien plus vite que Pierre ne l'avait prévu.
Il prit sa tête entre ses mains, dans l'incapacité de comprendre ce qui lui arrivait. Il se dirigea vers le vestibule, prêt à sortir de la maison et jeta au passage un coup d'œil dans la bibliothèque. Il y avait passé beaucoup de temps, y avait lu les plus belles pages de la littérature et les avait souvent partagées avec ses amis ainsi qu'avec Pascaline, sa femme. Elle était partie, un jour qu'il n'avait pu lui accorder son pardon. Un jour de plus, un jour de trop. Le dialogue avait été rompu, et il savait maintenant qu'il avait eu tort : sa faute n'était pas si grave, après tout. Et lui, sans doute trop exigeant. Il regrettait maintenant : la solitude lui pesait, la folie le guettait, il le savait. Et soudain, il s'arrêta, comme pétrifié. Un pas puis deux en arrière l'amenèrent dans l'entrée où un miroir lui révélerait la vérité. Il ne se reconnut pas dans ce vieillard aux cheveux blancs. Que s'était-il passé ?

Amélie Platz, 11 avril 2012


Voici ma participation aux Plumes de l'année, d'Asphodèle, où le jeu prévoyait de placer les mots suivants :

Poussiéreux (se) – pluie – pré – persévérance – parcimonie – picorer -page – perdu(e) – pétillant(e) – procrastination* – pédalo – putréfaction – pollen – pardon – persan – pivoine – partage – poudrer.


J'ai profité de l'exercice pour participer également au jeu de Leiloona, Une photo, quelques mots...

24 commentaires:

  1. Pierre a perdu la mémoire , Alzeimer ? tres beau texte sur le temps qui passe trop vite .... La vie qui file entre les doigts ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Perdu la mémoire ? Je ne sais pas encore. En tout cas, oui, le temps passe trop vite ! On verra ce que donnera la suite. Merci pour ta visite !

      Supprimer
  2. histoire passionnante
    dont j'attends la suite avec impatience

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Ben là encore, je suis bien embêtée... j'ignore totalement ce que va donner la suite ! Merci en tout cas pour ton passage !

      Supprimer
  3. Attention, Amélie, Olivia relève les copies le vendredi matin après avoir entériner la liste des mots déposés le mardi soir !
    Tu vas devoir te décider vite pour la suite de cette histoire qui nous tient en haleine :)
    C'est drôle d'unir les Plumes d'Aspho et la photo de Leiloona. J'ai cru que j'étais en retard pour l'histoire de cette délicieuse maison...
    @ bientôt et bises de Lyon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Participer au jeu d'Olivia va être une autre paire de manche, avec le travail qui reprend sur les chapeaux de roues la semaine prochaine ! Mais tu as raison, Soène, il va falloir que je me décide vite... ou que j'attende les mots chez Olivia : qui sait, j'y puiserai peut-être l'inspiration pour une suite ?
      Bises !

      Supprimer
  4. Ah ça fait plaisir un peu de paraNormal ! Je ne m’attendais pas à ce que tu le fasses aussi vieillir. On s'avance donc plus vers une xème dimension que vers une faille spatio-temporelle, oubien ? Mais que s'est-il passé dans l'eau ? Ou c'est un problème psy ? On dirait que tu viens d'ouvrir une porte qui va être bien sympa à refermer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que le fantastique fait décidément et définitivement partie de mon univers... je ne parviens pas à écrire autrement !
      Porte sympa à refermer, oui, il va juste falloir que je m'y mette ! :)

      Supprimer
  5. tu as toi aussi l'art de cumuler les consignes !! mon texte sur la photo sera en ligne lundi. J'aime beaucoup le tien. J'aime ce que tu dis de la plongée sous marine et de l'existence de deux mondes, un silencieux et l'autre rempli de cris d'enfants. Un sacré bond dans le temps pour cet homme qui semble aussi décrépi et triste que cette bicoque...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Lucie ! Oui, j'aime aussi ce contraste entre deux mondes, et la possibilité de s'isoler dans l'un d'eux... :)

      Supprimer
  6. J'adore la touche "fantastique" du retour à la réalité ! Il va bien falloir que tu nous dises ce qui s'est passé entre le bateau et son retour à la maison, hé hé ! Encore une fois texte très bien écrit Miss Amélie !^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Miss Asphodèle ! Ce qui s'est passé ? Euh... suite au prochain épisode, là ! ;)

      Supprimer
  7. Le temps s'estompe chez toi cette semaine, mais il nous rattrape trop vite. ;-) J'adooore ! :D Aurons-nous le fin mot de cette histoire, ou sommes-nous entrés de plein pieds dans la quatrième dimension ? :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben ça, je n'en ai encore aucune idée, mais ça va venir, certainement ! Merci de ton passage ici !

      Supprimer
  8. Tu ferres ton lecteur avec le ton fantastique ! Mais alors, que lui est-il arrivé ? Vite le 4ème, vite ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh eh !! Il va falloir un tout petit peu de patience, là ! La photo de demain, peut-être ? (ou les mots d'Olivia ?)

      Supprimer
  9. Le temps est passé sans qu'il s'en rende compte semble t-il.. Est-il resté tout ce temps sous l'eau ? Tu as bien mené ton texte, sans précipitation, les mots se tiennent et c'est notre pouls qui accélère... Il me tarde de lire où tu vas nous mener :-)

    Coincoins passés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton appréciation ! Quant à ce qui s'est passé réellement, on verra ça dans quelques jours ! Merci de ton passage !

      Supprimer
  10. D'après ce que je lis tu écris au coup par coup...lol..je connais ça aussi.
    Ne plus se souvenir sans doute ce qu'il y a de plus difficile... La suite ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout compris ! Et la suite vient, bientôt ! :)

      Supprimer
  11. Je sentais la chute arriver... Pierre a-t-il perdu la tête? S'est-il absenté trop longtemps? J'ai hâte de connaître la suite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Folie ? Saut dans le temps ? 4e dimension ? Tout reste ouvert ! Merci pour ton passage ici !

      Supprimer
  12. Donnes moi l'adresse du boucher...c'est immonde de vendre des produits périmés...il pourrait tuer quelqu'un.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Une nouvelle façon de trucider son prochain, Wens ? :)

      Supprimer